Présentation

février 17, 2009 à 10:17 | Publié dans Enseignement du français, français, orthographe, rectifiée, ten22149 | 2 commentaires
Étiquettes : , , , , , , , , , , ,
L’orthographe rectifiée
 
quoteLe bucheron reconnait le traitre de l’Ile aux chauvesouris alors qu’un soleil brulant du mois d’aout fait apparaitre les ombres.  quote_end
 
Si à première vue cette phrase semble contenir plusieurs erreurs, il n’en est rien. En effet, l’adoption de l’orthographe rectifiée (aussi appelée nouvelle orthographe) permet la nouvelle graphie de ces mots, et de bien d’autres encore.
 
Le but de ce présent blogue est de faire connaitre les différents points de vue sur l’orthographe rectifiée et non l’enseignement systématique des nouvelles formes orthographiques acceptées. Bien qu’accessible à tous, le contenu de notre blogue visera un lectorat déjà conscient des rectifications de l’orthographe. Les lecteurs qui auront une meilleure connaissance de la langue seront plus susceptibles de bien considérer les points de vue du sujet exploité.
Différents points de vue dans nos articles L’orthographe rectifiée et la responsabilité des enseignants de français et D’un point de vue socio-linguistique…

Bien des gens sont contre les rectifications orthographiques, et ce, pour plusieurs raisons. Le motif qui revient le plus souvent est le désir de préserver intacte la langue française. Selon eux, il ne faut, en aucun cas, être plus permissif vis-à-vis le français écrit, ce qui reviendrait à niveler vers le bas. Le français est certes une langue difficile, mais sa maitrise est tout à fait possible.
 
Cependant, nous verrons aussi que, contrairement à ce que les gens croient, les rectifications ne permettront jamais d’utiliser l’« écriture au son » ou le langage utilisé pour clavarder. En fait, il s’agit de rajeunir la langue, d’éliminer certains éléments désuets, qui tirent souvent leur origine étymologique du latin ou de l’ancien français. Effectivement, les puristes du 3ième siècle (à vérifier) réintroduire des étymons et des traces du latin classique par souci de revenir aux sources de la langue française, et ce, malgré toute l’évolution linguistique. Souvent, les rectifications éliminent des incongruités de la langue et fixent une forme qui correspond mieux aux besoins actuels.
Par exemple, accepter l’insertion systématique du trait d’union entre les chiffres permet d’éliminer la confusion à savoir quand mettre ou ne pas mettre le trait d’union.
Les nouvelles « règles » orthographiques sont importantes car elles permettent l’évolution normale du langage. Les futurs enseignants devraient préconiser les rectifications orthographiques afin que les prochaines générations soient en mesure d’utiliser un langage qui est, selon plusieurs, plus logique.
 
Ceux qui sont d’avis que l’orthographe rectifiée a sa raison d’être se retrouvent aux quatre coins de la francophonie et plusieurs organismes tels que l’AIROÉ (Association pour l’information et la recherche sur les orthographes et les systèmes d’écriture), l’ANO (Association pour la nouvelle orthographe), l’APARO (Association pour l’application des recommandations orthographiques), la CARO (Coalition pour l’application des rectifications orthographiques), le GQMNF (Groupe québécois pour la modernisation de la norme du français). Ces regroupements sont membres du Réseau pour la nouvelle orthographe du français (RENOUVO) à qui on doit l’ouvrage Le millepatte sur un nénufar dans lequel on retrouve un lexique des nouvelles formes linguistiques acceptées et des nouvelles règles régissant ces modifications.
 
Parmi toutes les institutions adhérant à l’orthographe rectifiée, mentionnons la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université laval. Cependant, la nouvelle orthographe est encore méconnue de plusieurs et ainsi, plusieurs professeurs de différents départements sont réticents quant à l’adoption des rectifications.
Internationalement, il est pertinent de préciser que :
 • le gouvernement français, dans son Bulletin officiel publié par le ministère de l’Éducation nationale, précise que « l’orthographe révisée est la référence » (hors série no 3, du 19 juin 2008) et qu’il ajoute que « pour l’enseignement de la langue française, le professeur tient compte des rectifications orthographiques proposées par le Rapport du Conseil supérieur de la langue française, approuvées par l’Académie française » (hors série no 6, du 28 aout 2008);
 
Bien entendu, l’adoption générale des rectifications orthographiques approuvées (et celles à venir) nécessiterait une formation continue de la part des enseignants et une attention particulière auprès des élèves. Cependant, les défenseurs de l’orthographe rectifiée sont d’avis que les élèves intégreraient bien les nouvelles formes écrites étant donné que ces dernières relèvent généralement de la logique et non d’éléments illogiques et trop souvent désuèts.
 
Quoi qu’il en soit, plongeons-nous tout d’abord dans le débat sur les rectifications de l’orthographe. Nous espérons réussir à vous rendre objectivement les deux côtés de la médaille à savoir si les modifications orthographiques sont valables ou non. À partir des articles constituant ce blogue, vous serez probablement en mesure d’activer votre esprit critique et forger votre opinion sur un sujet qui fait tant de vague dans le domaine de la linguistique.
 
Internationalement, il est pertinent de préciser que :
 
• le gouvernement belge a précisé par circulaires ministérielles, à la rentrée 2008, que « les professeurs de français de tous niveaux sont invités à enseigner prioritairement les graphies rénovées »;

• en Suisse, dès 1996, une lettre officielle a été envoyée aux enseignants de la part de la Conférence intercantonale de l’instruction publique en stipulant que : « Étant donné que graphies anciennes et nouvelles coexistent déjà dans beaucoup de dictionnaires ou de grammaires de référence, aucun élève ne doit être sanctionné pour avoir utilisé l’une ou l’autre variante »;

• les instances francophones telles que les Conseils supérieurs de la langue française (en France et au Québec), l’Académie française et l’Office québécois de la langue française reconnaissent les rectifications orthographiques;

• de nombreux ouvrages de références, dictionnaires et logiciels de correction reconnus intègrent les rectifications orthographiques;  (Cliquez ici pour voir ceux en vigueur pour l’année 2008-2009)

On voit dès lors que la nouvelle orthographe n’est pas qu’un simple feu de paille, elle est considérée sérieusement par plusieurs institutions la Francophonie.

Bref, notre intention est de vous donner les informations nécessaires afin que vous puissiez vous forger une opinion éclairer.

___________________________

Par: MarieLDomingue et CharlesBlouin 

Advertisements

2 commentaires »

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

  1. Salut vous deux!

    Votre blogue me semble très intéressant. En fait, je dois avouer que je fais partie de ceux et celles qui ne comprennent plus rien à la nouvelle orthographe. « Onion »… est-ce qu’on peut vraiment écrire ça? Et quand est-ce qu’on met des accents circonflexes? Jamais à ce que je vois.. aussi bien l’éliminer de nos claviers d’ordinateur. J’en mets un peu trop mais en fait je veux simplement vous dire que le sujet de votre blogue m’intéresse beaucoup. En tant qu’élève de la « vieille » école, je n’ai pas appris l’orthographe rectifiée. Est-ce que mes futurs élèves vont me reprocher de faire des fautes parce que j’utilise l' »ancienne orthographe »? On nous dit que pour l ‘instant, les deux orthographes sont acceptées… mais quand est-ce qu’on va considérer l’acienne orthographe fautive?

  2. Allo Katherine =)

    Merci pour ton commentaire!

    Eh bien, ne sois pas inquiète, tu n’es pas la seule à te poser toutes ces questions. En fait, il n’y a pas grand monde qui sache sur quel pied danser avec tout ça. C’est pour cette raison que nous avons décider d’aborder le sujet dans notre blogue.

    Étant donné que l’apprentissage de l’orthographe se fait en grande partie à l’école, il est important que les enseignants et, surtout, les futurs enseignants soient au courant de cette réalité. ( C’est pourquoi la Faculté des Sciences de l’Éducation inscite ses étudiants et les membres de son personnel à l’employer)

    Comme tu dis, en ce moment, les deux graphies sont acceptées. Je ne saurais te dire quand « l’ancienne » sera considérée comme fautive, mais je crois qu’en tant que futurs enseignants, nous devrions l’employer et aviser nos élèves que les deux graphies existent et, sans pénaliser assurément, leur signaler lorsqu’ils utilisent un mot touché par les rectifications.

    Je suis d’avis qu’il faudrait trancher. On adopte les rectifications tel que recommandé par l’Académie française et les instances francophones compétentes, ou bien on conserve la graphie dite « ancienne ».

    Il faut toutefois savoir que les francophones ont une vision bien particulière de la norme et que cela fait en sorte qu’ils ont beaucoup de difficultés à « changer ». Les francophones voient la langue française comme quelque chose d’immuable qu’il ne faut pas changer… Non mais cessons d’être puristes et faisons nous à l’idée: les langues vivantes évoluent, si nous mettons des stoppeurs à l’évolution linguistique, notre langue est vouée à mourir et, par conséquent, à être reléguée au même statut que l’a été le latin.

    Si tu veux en savoir davantage, je t’invite à visiter le site officiel de l’orthographe recommandée et à consulter le Mini guide pour connaitre (oui, sans ^ sur le i) les mots et emplois visés par ces recommandations.

    Bon été!

    MarieLDomingue


Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :